Party des fêtes : Occasions d’éclairer nos relations

Le temps des fêtes et ses multiples rencontres familiales ravive souvent les vieilles dynamiques relationnelles. Certaines sont heureuses, d’autres beaucoup moins. Ces dernières nous touchent souvent au plus haut point, tellement qu’on souhaite en finir au plus vite avec ce temps de l’année. Quelques-unes de nos relations déclenchent ou réactivent d’anciennes blessures jamais soignées: avec untel on vit de l’infériorité, avec l’autre de la culpabilité pour une promesse jamais tenue, avec un autre encore on tombe dans le jugement, etc. Souvent ces retrouvailles génèrent en nous des émotions dont nous ne sommes pas fiers, accompagnées de surcroît, de plus de stress que de plaisir ! Comme dans

Comment vraiment pardonner

Un ami m’a dit qu’il aimerait lire un texte sur le pardon. Avec l’approche des fêtes et des multiples réunions de famille, l'idée m'a semblé des plus appropriées. Quand on a été profondément blessé par les mots, les gestes ou les mensonges de quelqu’un d’important pour nous, qu’on aime et en qui on avait confiance, la blessure est pénétrante au point où il nous faut parfois beaucoup de temps (des mois, voir des années) avant de songer à s’y intéresser. Qu’il s’agisse d’une blessure de trahison, d’humiliation, de rejet, d’abandon, de culpabilisation, ou d’un cocktail de celles-ci, le fait d’y repenser réveille en nous le traumatisme. Ceci a pour effet de nous maintenir à distance de notre émo

5 étapes pour vivre la colère

J’ose aborder ici un thème sensible, délicat et explosif entre tous : la colère. Nous en sommes tous porteur, à différents degrés, que nous l’exprimions ouvertement ou non. Il est important pour moi d’insister sur le fait qu’il n’existe pas de remède miracle pour faire face à la colère. Certains diront qu’il faut respirer en comptant jusqu’à 10, d’autres qu’il faut penser des choses positives, etc., mais comme nous sommes tous si différents, il est difficile de se limiter à une approche. Elles recèlent toutes une part de vérité et d’utilité. Là où on peut généraliser, c’est dans l’importance de détecter la colère en nous-mêmes dès ses premiers symptômes car elle peut faire de graves ravages

© 2020 par Carolyne Jannard, thérapeute en  relation d'aide

Tél: 514-561-2698