Une occasion unique


La situation qui se présente est particulièrement intéressante. Certaines personnes choisissent de faire des retraites - au moins une fois l’an, afin de ralentir le rythme effréné de notre mode de vie urbain et hyper connecté, et de s’éprouver soi-même.

Les contextes d’isolements et de quarantaine forcées que nous vivons actuellement, peuvent être des occasions en or de décrocher. Ils nous permettent d’accéder à des points de vue exclusifs sur nos façons de nous positionner intérieurement. On peut en profiter pour adopter un regard dégagé sur nos vies et sur nos identifications ; faire un « zoom arrière » comme le disait le sage et auteur, Arnaud Desjardins.

Qu’il s’agisse de notre santé, de notre travail, de nos relations à nos enfants, conjoints et parents, ce virus remue tout ce que nous tenions pour acquis. Les personnes âgées en bonne santé, peuvent se sentir soudainement dépendantes des plus jeunes pour des actions qu'elles ont l'habitude de réaliser par elles-mêmes. Ralentir et s'arrêter n'est évident pour personne !

Cette maladie et le lot d’anxiété qu’elle entraîne pour les gens aux tendances hypocondriaques, nous renvoie à nous-mêmes et à nos limites de l’heure. Ça vaut le coup de s’y intéresser ! On peut prendre la décision délibérée, quelques minutes (heures pour ceux qui le peuvent) par jour, de se débrancher d’Internet pour se brancher à un réseau bien différente : celui de notre for intérieur. S’arrêter, décélérer et observer.

  • Qu’est-ce qui est là en moi ?

  • Comment est-ce que je me sens ?

  • Quelle émotion est là ?

  • Quel type de pensées ?

  • Quels réflexes et impulsions ?

  • Ai-je peur ou est-ce que je me défends de la peur pour paraître située au-dessus de la mêlée ?

  • Est-ce que je me sens victime de la situation ?

  • Est-ce que je dors mal ?

  • Comment est-ce que je reçois les directives de la santé publique ?

Les réponses à ces questions peuvent nous aider à voir lucidement comment on traverse la situation actuelle et prendre conscience de besoins, autrement inaccessibles. Ce simple exercice peut déjà susciter un malaise ; une espèce de vertige intérieur. On n’est tellement pas habitué de s’arrêter et d'écouter ce qui est là, juste sous la surface de nous-mêmes.

Imaginons une bouteille contenant l’eau d’un étang. Si on l’agite, l’eau reste trouble. Si on la pose, immobile, les sédiments descendent au fond et l’eau devient parfaitement claire.

Comme la bouteille, si on s’immobilise sans stimuler notre corps et nos pensées, nos perceptions se clarifient et on peut voir ce qui se révèle ; ce qui se passe en nous.

Faisons de cette circonstance inédite, une occasion de découvertes intimes et d’apaisement. Avec un peu de chance, on découvrira qu’on est particulièrement privilégié de vivre cette crise de la Covid-19, dans le confort de nos maisons et non dans un pays en guerre ou dont les ressources médicales sont inférieures à celles dont on bénéficie.

#Covid19 #ralentir #retraite #mieuxêtre

0 vue

© 2020 par Carolyne Jannard, thérapeute en  relation d'aide

Tél: 514-561-2698