Le tyran intime

Nous avons tous un tyran entre les deux oreilles ! C'est lui qui nous chuchote constamment ses réprimandes : on est trop brouillon, trop perfectionniste, pas assez amoureux, trop divisé, pas assez neutre, trop objectif, trop fatigué, trop énervé, pas assez motivé, trop anxieux, pas assez calme... Si on est divisé et hésitant, il nous dit qu'on devrait être unifié. Si on est unifié, il sème le doute et nous dit qu'on se trompe peut-être. La liste des doléances de ce tyran est infini ! Le fin mot de l'affaire: on devrait être autre chose que ce qu'on est. Ce qui est une impossibilité !


Ce tyran tente par tous les moyens de nous faire croire que quelque chose cloche avec la vérité de ce que nous sommes. Sauf que si je suis triste ou en colère, c'est la réalité du moment. Mais notre despote mental, lui, va tout faire pour nous convaincre que "ce n'est pas correct". Il refuse la tristesse ou la colère ou n'importe qu'elle autre émotion qu'il juge inacceptable et qui, pourtant, est là, que ça lui plaise ou non.


Contrairement à la croyance populaire, le fait de refuser un état affectif ne le fait pas disparaître. Au contraire ! Il le fait crier plus fort. Alors si on refuse une émotion qui est là en nous - quelle qu'elle soit, on peut être certain que ce ressenti va revenir pointer le bout de son nez avant longtemps. Le hic, c'est qu'il y a de fortes chances qu'il ne soit pas le bienvenu la fois d'après non plus ! Ces refus répétés causent une accumulation émotionnelle qui dans la durée, ne présage rien de bon. C'est ce qui arrive quand on réagit très fort à un déclencheur pourtant anodin. Si on se relie à cette émotion, on peut découvrir qu'il en existe en fait une série d'autres, toutes du même acabit.

Il va sans dire que les émotions négatives sont celles qu'on a le plus l'habitude de refuser : la colère, la tristesse, la culpabilité, la honte, etc. Avec les années, ces énergies émotionnelles s'entassent en nous, malgré et à cause de nos refus de les éprouver. Elles en viennent alors souvent à causer de sérieux dommages.


Arrive un temps où chacun doit décider de ne plus obéir à ce tyran. Il nous appartient de reconnaître qu'on a un "bully" dans la tête. Il se peut qu'il nous ait envahi l'esprit par imitation, parce qu'un de nos parents fonctionnait comme ça, il se peut qu'il se soit immiscé dans nos pensées pour nous protéger de souffrances et de détresses insoutenables pour l'enfant que nous étions. Quelle que soit sa source, il nous revient, une fois qu'on l'a identifié, d'être plus fins que lui.

Mais comment faire ?

Il nous faut réaliser que nous sommes humains et donc faillibles. On doit reconnaître que les innombrables idéaux que notre tyran nous suggère, n'appartiennent pas au réel, que ces idéaux nous mettent en porte-à-faux avec notre réalité intime.

La vérité, c'est que nous sommes tous imparfaits. Pour dire vrai, nous sommes tous parfaitement imparfaits, chacun à notre façon.

Si seulement on s'autorisait un instant à être juste tels que nous sommes ! À nous éprouver et à ressentir la vaste palette d'émotions qui vient avec le fait d'être en vie ! On réaliserait alors qu'on n'a pas besoin d'autant de distractions; qu'il y a en nous-mêmes, monts et merveilles. Encore faut-il s'intéresser à notre for intérieur et s'éprouver soi-même.

Arnaud Desjardins, le grand explorateur et auteur français demandait parfois à ses élèves s'ils voulaient vivre seulement la dimension positive de la vie ? Évidemment, personne ne peut répondre oui à cette question parce que cette dualité, qui sous-tend nos existences, est justement ce qui lui donne tout son sens. Sans elle, on ne serait pas là !

Il nous appartient donc de reconnaître qu'un tyran nous habite puis graduellement, d'identifier le discours qu'il nous tient pour nous maintenir sous sa coupe. Le meilleur point de repère pour le détecter, c'est qu'il n'y a jamais de bienveillance dans son laïus. Il nous juge et nous critique constamment. Ce tyran rusé ainsi que son fonctionnement, fait partie de nos habitudes psychiques. Ce n'est qu'avec un véritable amour de la vérité et une bonne dose d'humilité qu'on peut le connaître et éventuellement s'en libérer.


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags

© 2020 par Carolyne Jannard, thérapeute en  relation d'aide

Tél: 514-561-2698